Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 11:05

clipart meteo temps 248

UNE HISTOIRE D'EAU

  

Couple de retraités, nous habitons Castelmaurou depuis 1988. Durant ces 23 années, notre moyenne de consommation d'eau journalière a été de 0,276 m3.

Voici peu de temps, Véolia m'informe par courrier avoir relevé une consommation anormale (plus de 100 m3) et me prie de vérifier mon installation qui doit présenter un défaut.

Après vérification, mes installations s’avèrent saines. J'enquête donc auprès de mes voisins. Il en ressort que nombre de compteurs individuels font aussi l'objet d'anomalies conséquentes et invraisemblables eu égard au mode de vie habituel des intéressés.

Jusqu'à présent, Véolia propose de faire expertiser nos compteurs, à nos frais. Ils sont probablement fiables avec les marges autorisées mais n'enregistrent pas pour autant une anomalie de fonctionnement ponctuelle comme il s'en produit par exemple lors d’une remise en eau trop brutale des canalisations après des travaux. Or, il y eu des coupures d’eau dans la période considérée, février 2010 à février 2011.

De ces constats et visites de proximité, nous pouvons déduire que les index des compteurs ont été l'objet de "coups de bélier", remise en pression trop rapide de l’eau, occasionnant une consommation fictive, qu’il ne sera pas malheureusement pas possible de prouver matériellement.  Par contre cette thèse se justifierait si nous étions  nombreux à nous trouver dans la situation décrite ci dessus.

Si donc vous vous trouvez dans un cas analogue, consommation importante d’une année sur l’autre alors que vous n’avez rien changé de vos habitudes ni fait de travaux exceptionnels ou constaté une fuite quelconque, vous pouvez nous contacter par mail à  

 

                                                  Observetout@free.fr

                                     

afin d’engager une action commune contre Véolia à défaut de faire vous-mêmes une démarche personnelle. Ces consommations injustifiées ont une double incidence : sur la facture d’eau à Véolia et sur la taxe d’assainissement à la commune et à Véolia, basée sur les même volumes.

 

Faute de réponse satisfaisante, nous aurons toujours la possibilité d'interroger 60 millions de consommateurs, voire de médiatiser cet incident dans la presse et dans les radios.

 

Il nous a semblé judicieux de passer par l’association « l'Observatoire de Castelmaurou » pour relayer l’information des concitoyens sur ce sujet et agir ultérieurement en groupe par son intermédiaire.

PC

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 11:00

Toujours à l’insu de son plein gré…

 imagead3.jpg

 

Mme le Maire de Castelmaurou, affirme diriger une municipalité sans étiquette politique.

Pourtant, après avoir été inscrite « sans le vouloir » sur la liste UMP pour les dernières élections régionales, liste arrêtée par les plus hautes instances de l’UMP :

« Xavier BERTRAND, Secrétaire Général du Mouvement Populaire, et Jean-Claude GAUDIN, Président de la Commission nationale d’investiture du Mouvement Populaire, informent que la liste suivante de candidats a été arrêtée par les instances statutaires de l’UMP pour les élections régionales des 14 et 21 mars 2010 dans le département de la Haute-Garonne »

et avoir été refusée par Mme Barèges, tête de liste et maire de Montauban :

« Désobéissant aux consignes de nos instances supérieures à Paris, Barèges vient de décider à sa seule initiative, de ne pas tenir compte des consignes de Xavier Bertrand et de Jean-Claude Gaudin, et de reformer une liste jugée « plus à son goût », et donc, dans le dos de nos instances dirigeantes ! »

Mme le Maire s’est retrouvée « par hasard », le 19 novembre 2010, à l’hôtel Palladia, pour participer à une soirée proposée par les « Ateliers Radicaux en Midi-Pyrénées » et où elle a vanté son action envers les jeunes de sa commune (et oui, nous cherchons nous aussi l’action envers les jeunes !) et son action écologique :

« Le 19 novembre dernier à eu lieu à Toulouse les ateliers Radicaux pour la région Midi-Pyrénées. Cette soirée fut un succès puisque plus d'une centaine d'adhérent ou sympathisants du parti de Jean Louis BORLOO se sont réuni autour de Laurent HENART, Secrétaire National du Parti Radical et des différents intervenants de cette soirée »

« Mme Magali SCHARD,Maire de Castelmaurou nous brosse un panel factuel des actions concrètes qu’elle a ou va entreprendre dans sa commune pour l’écologie »…ajoute « Malgré l’intercommunalité qui ampute le maire de certaines prérogatives, il est possible d’agir dans ces domaines…Planter des arbres, faire coexister les initiatives publiques et privées. Enfin, toujours faire participer la population ».

Nous n’avons rien contre l’engagement politique de Mme le Maire de Castelmaurou et de la municipalité qu’elle dirige. Mais arrêtons de se ficher des administrés en clamant à qui veut l’entendre que la Maire et son conseil municipal n’ont aucun engagement politique. Malgré tout, attention aux amputations !!!

Toutes ces informations sont issues des sites internet du parti radical.

OdC

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 11:00

simpson 059

FUMEES ou FUMER...

 

Nous avions mentionné sur notre blog, en décembre dernier, les désagréments qu’occasionnait aux riverains de la route de Moutou, le brûlage continu d’un feu chez M. Dal Cortivo. Nous nous interrogions bien évidemment sur la nocivité de ces fumées, non loin du centre médical de Montvert, et sur les conséquences pour l’environnement.

Les services de l’Etat, que nous avions avisés, ont convoqué l’intéressé et lui ont fait part des recommandations suivantes (cf extrait lettre du 3 février 2011 )

La municipalité a eu copie de ce courrier à l’association mais semble se désintéresser du sujet puisque M. dal Cortivo continue de brûler ses déchets verts sans la moindre remarque.

Il est vrai que Mme le Maire est mal placée pour faire respecter la loi quand elle-même ne l’applique pas ! Elle devrait pourtant savoir qu’il est interdit de fumer dans les lieux publics ou elle a été manifestement prise en flagrant délit ! Il faudrait au moins respecter les salariés.

Pour l’anecdote, M. Dal Cortivo, élagueur, est prestataire de services pour la mairie alors que des employés communaux sont spécialisés dans la taille des arbres. Encore des dépenses inutiles à moins que

O d C

 

Ci-contre extrait réponse des services de l'Etat

extrait rep dreal

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 13:40

  POUR UNE VISION DYNAMIQUE DE CASTELMAUROU DANS SON ENVIRONNEMENT

 

L’INTERCOMMUNALITÉ

 

Madame le maire avait probablement ses raisons pour rester «  floue » sur l’intitulé de la délibération du 10 février dernier : « le schéma départemental de coopération intercommunal ».

Noyé dans ce délibéré le conseil municipal annonce sa volonté de sortir de l’actuelle Communauté de Communes des Coteaux Bellevue et demande son rattachement à la Communauté de Communes des Coteaux du Girou, rien de moins !!

 

La loi du 16 décembre 2010 sur laquelle s’appuie la municipalité, fixe au 1er janvier 2014 la couverture intégrale du territoire par des  Etablissement Publics de Coopération Intercommunale (intercommunalités) et la suppression des enclaves et discontinuités territoriales (communes n’appartenant pas encore à une communauté de communes, on parle aussi de communes isolées).

Rien dans les textes n’oblige Castelmaurou à sortir de la Communauté de Commune des Coteaux de Bellevue qu’elle a intégrée en 2004. Alors pourquoi la quitter ?

 

Injustifiées et fallacieuses sont les motivations de Madame le Maire. Elles résultent d’un esprit de contradiction systématique, d’une ambition personnelle, voire d’une idéologie politique…

 

Depuis son élection, Mme le Maire rejette tous projets venus de l’actuelle intercommunalité au détriment de l’intérêt général des habitants de Castelmaurou.

Déjà le refus par la municipalité d’une crèche intercommunale et sa préférence pour une crèche privée coûte à ce jour, 4 800 € de loyer mensuel. Son emplacement occasionne des problèmes de stationnement et de circulation aux riverains. C’est le contribuable qui va suppléer à cette carence de l’investisseur privé puisque la municipalité a voté l’achat d’un terrain proche pour plus de 100 000 € auquel il faut ajouter les travaux.

 

Cette volonté de vouloir quitter la Communauté des Coteaux Bellevue aura des conséquences financières lourdes pour nous tous et des incidences sur l’administration de la commune au quotidien. En effet, la commune devra rembourser les emprunts engagés par l’intercommunalité. Elle perdra aussi le bénéfice des réalisations déjà effectuées ou de celles à venir et des services actuellement en place comme par exemple la police municipale que Castelmaurou devra désormais financer seule (salaires, charges, équipements, véhicules et formation) pour des prestations moindres.

 

Dans le domaine du ramassage des ordures ménagères, Castelmaurou (qui fait partie du SITROM de l’Union) a un taux d’imposition pour 2010 de 14, 07 %. A Gragnague (qui appartient au SIVOM de Montastruc-Verfeil) il est de 19,51 % pour la même année. Cela se traduit par une cotisation de 230 € à Castelmaurou et de 320 € à Gragnague (plus de 39 % pour une base identique).

 

Les communes de la Communauté de Communes des Coteaux du Girou n’ont aucun lien, économique, social ou culturel avec Castelmaurou et cette communauté de communes a des compétences bien moindres que celles des Coteaux Bellevue.

Par ailleurs, un nombre de communes trop important et dispersées dans une intercommunalité nuit à l’intégration des compétences et à la mutualisation des services.

Quelles actions communes irions-nous mener avec Roqueservières, Bonrepos-Riquet, Montjoire, Gémil… ?

 

L’Observatoire de Castelmaurou déplore le vote irréfléchi et irresponsable des élus à l’exception de l’un d’entre eux qui a voté contre et qui, depuis, a démissionné (ou a été démissionné ?), de l’abstention de deux adjoints, qui clament leur « mécontentement » de la gestion communale dans différentes instances, de deux élus puisqu’ils ont démissionné et d’un autre qui n’assiste plus au conseil municipal.

 

L’Observatoire de Castelmaurou demande le retrait de la décision envisagée par la municipalité.

Retrouvez l’article complet de cette information ci-dessous

 

  

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 10 FEVRIER 2011

 

Avez-vous eu connaissance de cette délibération du 10 février dernier qui, dans l’ordre du jour du conseil municipal était intitulée « Le schéma interdépartemental de coopération intercommunale » ?

Peut être pas et c’est normal. Aucune communication n’a été faite par la municipalité sur ce sujet et il se dit même, que, parmi les élus présents, nombre d’entre eux, ignoraient ce que recouvrait cette délibération !!  

Mais Madame le maire a probablement ses raisons pour rester «  floue » sur ce sujet, puisque, tout en fin de la délibération, elle propose au conseil municipal, d’informer le Préfet de son souhait de quitter la Communauté de Communes des Coteaux Bellevue (1) pour rejoindre la Communauté de Communes des Coteaux du Girou (2), rien de moins !! 

 

  (1) La Communauté des Coteaux Bellevue : ce sont 5 communes, tournée vers l’agglomération toulousaine : Castelmaurou (3400 hab), Montberon (2700 hab) Pechbonnieu (4000 hab), Saint Génies Bellevue (2200 hab), Saint Loup Cammas (1900 hab).

CCCB

(2) La Communauté de Communes des Coteaux du Girou :ce sont 13 communes situées au nord du Girou : Verfeil (2504 hab), Montastruc (2495 hab), Lapeyrouse (2056 hab), Garridech (1620 hab), Gragnague (1437 hab), Paulhac (1069 hab), Montjoire (1018 hab), Roqueserières (615 hab), Bazus (532 hab), Montpitol (332 hab), Bonrepos-Riquet (247 hab), St Pierre (209 hab), Gémil (196 hab).

CCCG

EXPLICATIONS SUR LA REFORME DES COLLECTIVITES LOCALES

       Pour mieux vous faire comprendre notre émotion, il nous a paru nécessaire de vous donner quelques explications sur la loi du 16 décembre 2010, dite loi sur la « réforme des collectivités territoriales », réforme structurelle de l’organisation administrative française engagée par Nicolas Sarkozy en 2008 et dont le schéma départemental de coopération intercommunale est l’élément essentiel (c’est le fondement de la délibération du conseil municipal du 10 février 2011). Il fallait aussi vous faire part des conséquences notamment financières de cette décision arbitraire et unilatérale.  

Ce schéma départemental de coopération intercommunale est un document destiné à servir de cadre de référence à l'évolution de la carte intercommunale dans chaque département. Il fixe au 1er janvier 2014 la couverture intégrale du territoire par des  Etablissement Publics de Coopération Intercommunale (intercommunalités) et la suppression des enclaves et discontinuités territoriales (communes n’appartenant pas encore à une communauté de communes, on parle aussi de communes isolées).

Il est ajouté dans la loi que chaque département doit être couvert par un ensemble d'Etablissement Publics de Coopération Intercommunale regroupant au moins 5 000 habitants et que les territoires doivent être pertinents. Ils pourront être appréhendés à partir des bassins de vie, des unités urbaines au sens de l'INSEE et des schémas de cohérence territoriale .

 

MOTIVATIONS INJUSTIFIEES ET FALLACIEUSES 

A partir de ces quelques notions d’ordre général, vous comprenez parfaitement que rien dans la loi n’oblige Castelmaurou à quitter la communauté de commune des Coteaux de Bellevue pour demander son rattachement à la Communauté de Communes des Coteaux du Girou.

En effet :

  • Castelmaurou n’est pas une commune isolée, elle appartient depuis 2004 à la Communauté de Communes des Coteaux Bellevue qui compte plus de 14 000 habitants dans une zone ayant les mêmes perspectives d’avenir.
  •   Castelmaurou appartient au SCOT central de l’agglomération toulousaine alors que la Communauté de Communes des Coteaux du Girou fait partie du SCOT Nord qui s’étend de Grenade à Verfeil (Le SCOT est un document de planification du territoire). Voir la carte des différents SCOT .
  •   Castelmaurou est en cohérence avec les bassins de vie des communes qui composent la Communauté de Communes des Coteaux Bellevue. Les communes de la vallée du Girou sont à vocation entièrement rurale. Elles n’ont pas le même type de population et les mêmes perspectives de développement.
  •   Enfin les communes de la Communauté de Communes des Coteaux Bellevue appartiennent au canton de Toulouse 15 alors que celles de la Communauté de Communes des Coteaux du Girou dépendent du canton de Montastruc.

 

  Alors pourquoi cette volonté de Mme le Maire ? Plusieurs motivations à notre avis conduisent à cette prise de position :

 Sans doute, en premier lieu, un esprit de contradiction systématique : Castelmaurou avait choisi d’appartenir à la Communauté de Communes des Coteaux Bellevue, alors il faut changer !

  Il est « amusant » de savoir que quatre élus qui soutiennent aujourd’hui la position de Mme le Maire avaient refusé cette option en 2004 en votant le rattachement de Castelmaurou à l’actuelle intercommunalité. Crainte de représailles, inconsistance de la réflexion, réflexes ovins…Cherchez l’erreur !

  •   Autre détermination, l’ambition personnelle : en rejoignant la Communauté de Communes. des Coteaux du Girou, Mme le Maire, maire de la commune la plus importante, pourrait briguer la présidence de l’intercommunalité.

 

  • Peut être aussi, un accord confidentiel passé avec la commune de Rouffiac (commune isolée c'est-à-dire n’appartenant pas encore à une communauté de communes) et voulant rejoindre la Communauté de Communes des Coteaux du Girou. Mais il faut une continuité de territoire pour appartenir à une même intercommunalité. Or, Rouffiac n’a pas de continuité territoriale avec les Coteaux du Girou sauf à voir Castelamurou y entrer et de ce fait suivre à son tour.

 

  •   Et enfin, très probablement, par idéologie politique.

 

  Il est à noter que Mme le maire avait, il y a deux ans, demandé officieusement et discrètement aux élus de la Communauté des Coteaux du Girou l’entrée de Castelmaurou dans cette structure. Elle avait essuyé le 19 octobre 2009, un refus catégorique des élus…sans doute avaient ils des raisons !  

Nous savons aussi que l’ensemble des élus de la Communauté des Coteaux de Bellevue est opposé au départ de Castelmaurou car quitter la communauté serait préjudiciable pour tous les habitants qui la composent.

 

CONSEQUENCES FINANCIERES ET ADMINISTRATIVES

Le choix de Mme le maire, s’il aboutissait, aurait des conséquences financières graves pour nous tous et des incidences sur l’administration de la commune au quotidien.

Les intercommunalités exercent de plein droit en lieu et place des communes membres, des compétences obligatoires (activité économique, aménagement du territoire notamment) et des compétences optionnelles dans la limite de l’intérêt communautaire.

Dans cette deuxième catégorie la Communauté des Coteaux du Girou a les compétences suivantes : déchets ménagers, petite enfance (centre de loisirs attaché à l’école et centre de loisirs sans hébergement), Relais d’Assistante Maternelle (1 lieu fixe de permanence), assainissement autonome et entretien voirie en régie.

La Communauté de Communes des Coteaux Bellevue a des compétences plus étendues :
petite enfance crèche, culture, centre social, service emploi (permanence à Castelmaurou), Relais Assistante Maternelle (1 permanence par semaine dans chaque commune), police intercommunale, mutualisation des moyens techniques (achat gros matériel)…

  Sur le seul exemple de la police il faut savoir qu’aujourd’hui la Communauté de Communes des Coteaux Bellevue gère la police intercommunale et met à la disposition des communes membres les policiers en fonction de leur demande. Cette mise à disposition est facturée 19 € l’heure. Mais la communauté de communes prend en charge les locaux, l’habillement, l’armement, l’achat des voitures, leur entretien, la formation…

Aujourd’hui Castelmaurou demande à l’intercommunalité 2 policiers à temps plein sur la commune.par an. Si Mme le Maire sortait de la Communes des Coteaux Bellevue, elle devrait donc recruter deux policiers municipaux et, aux charges de personnel actuellement facturées, il lui faudrait désormais faire face à toutes les charges énumérées ci-dessus en inscrivant au budget de la commune, les dépenses correspondantes. Qui plus est, nous ne bénéficierions plus de la protection des patrouilles intercommunales dans le village.

  Dans le domaine du ramassage des ordures ménagères, Castelmaurou (qui fait partie du SITROM de l’Union) a un taux d’imposition pour 2010 de 14, 07 %. A Gragnague (qui appartient au SIVOM de Montastruc-verfeil) il est de 19,51 % pour la même année. Cela se traduit par une cotisation de 230 € à Castelmaurou et de 320 € à Gragnague (plus de 39 % sur une base identique).

  Encore plus grave, si Castelmaurou quittait la Communauté de Communes des Coteaux Belllevue (qui dispose de son propre budget), la commune devrait rembourser sa part sur les emprunts engagés par l’intercommunalité : gymnase, pistes cyclables, crèches intercommunales…

  Ces sommes conséquentes pèseraient lourdement sur le budget communal et nous subirions la double punition puisque on perdrait également, de fait, le bénéfice de ces installations.

 

NOTRE REFUS DE QUITTER LA COMMUNAUTE DES COTEAUX BELLEVUE

  L’Observatoire de Castelmaurou déplore le manque total de transparence et d’information sur l’option envisagée par la municipalité.

  L’Observatoire de Castelmaurou déplore le vote irréfléchi et irresponsable des élus à l’exception de l’un d’entre eux qui a voté contre et qui, depuis ce conseil, a démissionné (ou a été démissionné ?), de l’abstention de deux adjoints, qui clament leur « mécontentement » de la gestion communale dans différentes instances, de deux élus puisqu’ils ont démissionné et d’un autre qui n’assiste plus au conseil municipal.

  Car si Mme le maire se plaint du manque d’intérêt ou d’attrait pour le CCCB, justifiant ainsi officiellement son souhait de départ, c’est qu’elle refuse toute coopération avec l’intercommunalité.

Mme le Maire refuse tous projets venus de l’intercommunalité au détriment de l’intérêt général des habitants de Castelmaurou et ne fait aucune proposition à cette structure.

Elle continue par contre de percevoir sans scrupule, son indemnité de vice présidente.

  Depuis son élection Mme le Maire a notamment refusé, la construction d’une crèche intercommunale à Castelmaurou  alors que le dossier était bouclé et que le projet était entièrement pris en charge par l’intercommunalité, sur ses fonds propres.

D’autre part, outre le fait que Castelmaurou aurait bénéficié d’un bâtiment lui appartenant sur la commune, la gestion de la crèche aurait été prise en charge entièrement par l’intercommunalité.

Aujourd’hui la crèche est privée, elle coûte 4 800 € de loyer mensuel. Faute de stationnement suffisants, elle occasionne des problèmes de stationnement et de circulation aux riverains.

C’est le contribuable qui va suppléer à cette carence de l’investisseur privé puisque la municipalité a voté l’achat d’un terrain proche pour plus de 110 000€ auquel s'ajoute le coût de l'aménagement.

Pour finir, cette crèche privée peut, sur simple rupture de contrat disparaître du jour au lendemain, quand le constructeur aura amorti son investissement.

  Qu’il s’agisse de Saint Geniès Bellevue, de Saint Loup Cammas, de Montberon, ou de Pechbonnieu ces villages ont su bénéficier des actions et des avantages de l’intercommunalité : construction ou réaménagement de crèche, programmes de pistes cyclables, gymnase intercommunal, festival « Festi bout’chou », « ciné court »…

  Mais Mme le Maire refuse toujours, et en bloc toutes actions de la communauté envers Castelamurou  juste pour des raisons personnelles.

  Les communes de la Communauté des Coteaux du Girou du fait de leur éloignement et de leur disparité ne pourront pas apporter à Castelmaurou les services que peuvent nous offrir celles de la Communauté des Coteaux Bellevue. Elles n’ont aucun lien, économique, social ou culturel avec Castelmaurou. Elles s’étendent sur un territoire très important tourné vers le nord du département alors que notre commune et celles des Coteaux Bellevue sont recentrées vers Toulouse.

 

Un nombre de communes trop important et dispersées dans une intercommunalité nuit à l'intégration des compétences et à la mutualisation des services.

Quelles actions communes irions-nous mener avec Roqueservières, Bonrepos-Riquet, Montjoire, Gémil…

 

 L’Observatoire de Castelmaurou demande le retrait de la décision envisagée par la municipalité.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 20:45

 

ENTRE LES LIGNES

                                                               Novembre 2010  N° 5

POUR UNE VISION DYNAMIQUE DE CASTELMAUROU DANS SON ENVIRONNEMENT

 

Dans ce numéro  :   

smileys3.jpgLes comptes de la commune    
  smileys1-1-.jpgAffaires à suivre…  
    smileys12.jpgInterview M.BEYNEY  

 

smileys3.jpg + 32,57%, +41,94%, +51,48%, +... LES COMPTES DE LA COMMUNE  

 

Ils ont été présentés succinctement par la municipalité et Madame le Maire n’en a fait que des éloges. Nous avons voulu nous en assurer en consultant les comptes même de la commune : le CA (compte administratif) traduit les chiffres réels des dépenses et des recettes engagées et le BP 2010 (budget primitif) établit des estimations en principe au plus près des réalités.

Le budget de fonctionnement retrace les opérations de dépenses et de recettes liées à la gestion courante de la commune.

 

En euro

CA 2008

CA 2009

BP 2010

Variations de 2008 à 2010

Dépenses de fonctionnement (1)

1 746 158

2 004 487

2 314 991

+ 32,57 %

Recettes de fonctionnement (2)

2 341 531

2 383 632

2 314 991

— 1,14 %

 

(1)   Sont regroupées sous ce chapitre : les charges à caractère général, de personnel, de gestion courante…

(2)   Sont regroupés sous ce chapitre : les produits des impôts locaux, des services, dotations et compensations…

 

Hausse des dépenses, stagnation des recettes dangereuse diminution du résultat à la clôture de l’exercice : en deux années, la cagnotte laissée en 2007 a fondu telle une peau de chagrin.

 

  cochon maigre

2007

Pour mémoire

2008

2009

Variations de 2007à 20009

1 036 520

1 194 218

644 372

—37,83 %

 

Ces résultats repris sous une autre forme sur le site : finances.gouv.fr, se traduisent par la capacité d’autofinancement par habitant. A Castelmaurou, elle passe de 184 € en 2008 à 117 € en 2009 soit une baisse de 57,26 %. La moyenne pour une commune de notre type est de 166 €. (Cf blog)

L’autofinancement permet à la commune de financer ses investissements sans emprunts.

 

Comment, en trois années, la municipalité est-elle arrivée à cette situation ? L’observation de quelques postes budgétaires et notamment leur évolution après 2007 est significative :

 

En euro

CA 2007

Pour mémoire

CA 2008

CA 2009

BP 2010

Variations de

2007à 2010

Charges du personnel

789 356

842 696

1 046 084

1 120 485

+ 41,94 %

Charges à caractère général

473 794

582 873

619 653

717 720

+ 51,48 %

Ou encore

Indemnités, frais de mission, transports voyages des élus

48 623

62 734

67 815

74 500

+ 53,21 %

Fête cérémonies expositions

3 255

18 939

12 071

17 500

+ 437,63 %

Honoraires, frais d’actes contentieux

4 862

10 544

21 960

32 000

+ 558,16 %

 

Autre exemple : la délibération du 8 mars 2010, votée par l’ensemble du conseil municipal, valide un contrat de location sur 5 ans pour un photocopieur ; loyer mensuel : 510,69 €. Coût final de l’opération 30 641,52€, sans être propriétaire, auquel s’ajoutent consommables et papier (cf blog).

 

Ces chiffres ne reflètent en rien l’euphorie des propos de Mme le maire : « efforts réalisés en 2009, rigueur, maitrise des dépenses pour un bon niveau d’investissements ». De quels investissements s’agit-il ? Le restaurant scolaire et l’aménagement du carrefour de Lourmet sont des dossiers anciens.

 

Peut-être alors s’agit-il de l’implantation d’une cuve de réserve d’eau pour incendie à l’unique usage de la ligue Midi Pyrénées de football : 130 000 € inscrits au budget pour cet investissement privé…Hormis la réfection engagée d’une partie de la toiture de l’école, aucun investissement nouveau donc depuis presque trois ans, pas de tout-à-l’égout nouveau, pas de nouvelle construction, pas de réfection indispensable des voiries et trottoirs, pas de réparation des courts de tennis, pas de… Pour autant les impôts locaux ne cessent de croître (+ 2,09 % en 2010 pour la seule taxe d’habitation).

 

smileys1-1-.jpgAFFAIRES A SUIVRE …

 

Des administrés de la commune ont attiré notre attention sur un permis de construire accordé sur un terrain situé en zone naturelle (N) au PLU et portant sur une superficie habitable très conséquente. Une brève enquête nous a permis de conclure à l’illégalité du permis accordé par la municipalité.

La Préfecture, saisie du dossier, a confirmé notre avis et a « invité » Mme le Maire « à retirer sans délais ce permis frauduleux » (cf blog pour en savoir plus). Devant l’immobilisme de la municipalité et à l’approche des délais de recours, l’association a formulé une action devant le Tribunal Administratif. Notre cause devait être juste car avant même l’instance devant ce tribunal, Mme le Maire, contrainte et forcée, a fait retirer le permis litigieux. Mais restons attentifs, le PLU est en cours... 

 

 smileys12.jpgUNITE DE TRAITEMENT DES DECHETS VERTS : interview

 

M. Le préfet a déclaré que l’implantation d’une unité de compostage de déchets verts dans la zone Est du département n’était pas d’intérêt général. L’Observatoire de Castelmaurou a souhaité entendre Monsieur BEYNEY, en sa qualité de Président du syndicat DECOSET.

Dans un 1er temps le Président a rappelé l’historique du projet déjà acté lors de l’assemblée générale du 20 mars 2000. Vous trouverez l’intégralité de l’interview dans le blog. Nous vous en donnons ici  quelques extraits.

 

 L’Observatoire : quels étaient les risques de nuisance éventuels… ?

 

  Le Président : j’ai emmené une délégation d’élus …visiter des sites existants… Ils ont reconnu l’absence complète de nuisance…le type de structure envisagée par DECOSSET était à la pointe du processus de compostage, entièrement traité en milieu fermé. Par ailleurs on prenait en compte les principes imposés par la loi « Grenelle 2 » notamment en réduisant radicalement les émissions de gaz à effet de serre en traitant les déchets au plus près de leur lieu de production.

 

 L’Observatoire : qu’aurait pu apporter à Castelmaurou … l’implantation d’une compostière…?

 

  Le Président : la Communauté de Communes des Coteaux Bellevue avait demandé que tous les terrains en bordure de la RD 20 vers Gragnague fassent l’objet d’une affectation permettant l’implantation d’une zone d’activité source d’emplois et de revenus. L’unité de compostage de déchets verts était la « tête de pont » du développement de cette zone aujourd’hui neutralisée…

 

L’Observatoire : quel est votre sentiment face à cette situation…?

 

Le Président : je reprendrais les propos de M.ANDRE, Maire de Grenade…écologiste de raison… il faut considérer comme une chance d’avoir une telle installation sur sa commune eu égard à la valorisation des déchets verts…et à l’amélioration du bilan carbone à laquelle elle contribue ».

Je déplore la désinformation menée à Castelmaurou et les mensonges propagés. Le traitement des déchets verts est un véritable problème pour DECOSSET. Avec ce refus qui va à l’encontre de la loi sur l’environnement, nous ne savons pas ce que nous allons faire ni sur quoi s’orienter.

 

***************************

Aujourd’hui le Préfet a pris sa décision : pas de compostière à Castelmaurou.

 

En revanche, nous nous indignons contre les pratiques d’un propriétaire, élagueur de son métier, qui fait régulièrement brûler des déchets verts et autres détritus à quelques pas de la maison de convalescence de Montvert, sans être inquiété par la mairie. Heureusement qu’il est membre de l’association AAEPPEC qui se veut préserver l’environnement de Castelmaurou !

 

smileys5.jpgQUELQUES BREVES 

 

18 centimes d’euro la photocopie, c’est le prix que les bénévoles des associations devront payer pour faire quelques tirages à la mairie. Et oui, il faut rembourser le photocopieur… !(voir ci-avant).

Des permis de construire refusés pour des abris de quelques m²…Sans doute fallait-il les construire en zone N, cela aurait été plus facile… !

 

PARTICIPEZ A L’EVOLUTION DE CASTELMAUROU, AU BIEN ETRE DE SES HABITANTS,

REJOIGNEZ L’ASSOCIATION « L’OBSERVATOIRE DE CASTELMAUROU »

mail : observatoire.castelmaurou@gmail.com

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 20:30

Vous souhaitez connaître le montant des primes européennes de la PAC touchées par certains agriculteurs, alors tapez sur le lien ci-dessous :

 

https://www3.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/tbp/accueil/accueil.action

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 20:30

MR900301154Etait-il nécessaire de commander à un salarié un travail de plusieurs semaines pour édifier un fronton sur lequel est appliquée la croix du Languedoc. On a enlevé des arbres sur le rond point de la poste, pour empierrer et faire ce mur, certes parfaitement réalisé, mais qui a coûté des heures de travail et qui a nécessité des matériaux, etc, etc.

J’aime la croix du Languedoc mais on aurait pu conserver l’aménagement existant verdoyant et trouver une place pour cet emblème. Encore des dépenses inutiles dont j’aimerais connaître le montant pour un résultat contestable. L’entrée de l’Union par la RN 88 en venant de Toulouse a quand même une autre « gueule ».

D G

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 20:30

small Face%20149Des salariés m’ont confié « l’excellent climat » qu’impulsent les élus dans leur façon de gérer le personnel. Je sais de « source officielle » qu’une employée s’est même trouvée mal à la suite d’une altercation avec Mme le Maire et qu’un médecin est intervenu sur place. C’est vérifiable. Ce comportement n’est pas isolé et de nombreux salariés se plaignent du comportement de la mairie à leur égard.

G S

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 20:30

crocoUn permis de construire en zone « N » sans être inquiété par la municipalité, c’est possible, même s’il est déclaré frauduleux par la Préfecture. Avec l’« aval » de tous les élus, ce permis avait été accordé sans se poser de question.

Heureusement l’association veillait et le permis est retiré.

L’O.d.C

  lettre-pref 1a lettre-pref 1b

 

lettre-pref 2

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 20:30

tondeusevoiture 002Crèche : on dit que, faute de stationnement suffisant devant l’actuelle crèche, chemin du fort, la municipalité va goudronner l’espace vert situé en face pour en faire des parkings.

Pour avoir vu les plans de la crèche intercommunale  initialement prévue chemin du Rouquet, je comprends mal l’argument présenté alors par la municipalité pour la refuser, savoir l’absence de parking ou en tous cas leur insuffisance. Il était prévu si je ne me trompe 17 places à l’intérieur et un stationnement beaucoup plus aisé à l’extérieur. De qui se fiche-t-on, on va aujourd’hui bétonner devant des villas qui avaient un espace public alors que nous avions une autre solution. En plus du coût que cette opération va entrainer, on supprime du vert !

F L

Partager cet article
Repost0